CERFO >  Atlas des projets de recherche en foresterie

Atlas des projets de recherche en foresterie BETA

Projet #54 : "Impact du cerf de Virginie (Odocoileus virginianus) sur les populations d'arthropodes dans un contexte de régénération végétale sur l'île d'Anticosti"

Description

Objectif

L'objectif de la présente étude est de déterminer l'impact du cerf de Virginie sur les populations d'arthropodes dans un contexte de régénération. Ceci entre dans le contexte d'une étude plus vaste visant à caractériser les patrons de régénération de la végétation et l'impact sur les animaux (arthropodes, oiseaux et petits mammifères) sur l'île d'Anticosti. Pour répondre aux questions relatives aux arthropodes, plusieurs taxons dans les guildes épigéale, pollinisatrice, phytophage et prédateur phytophile seront étudiés.

Étant donné la diversité des taxons étudiés, plusieurs hypothèses (H) ont été posées et des prédictions correspondantes (P) formulées : (H1.1) Le broutement par les cerfs a un impact sur les communautés d'arthropodes épigéaux en milieu ouvert. (P1.1) Il devrait favoriser l'abondance et la diversité des Carabidae (Melis et al. 2007, Suominen et al. 2003, Gardner et al. 1997) et des Staphylinidae (González-Megías et al. 2004, Dennis et al. 1997) et (P1.2) n'avoir aucun impact sur les araignées. (H1.2) L'impact devrait être non significatif en forêt (Allombert 2005). (H2) Une surabondance de cerfs a un impact négatif sur les insectes phytophages et les prédateurs phytophiles. Si tel est le cas, la diversité de tous les phytophages et des coléoptères prédateurs phytophiles (Cantharidae, Coccinellidae) devrait (P2.1) suivre la courbe de la diversité végétale en milieu ouvert, mais à des degrés différents en fonction de leur taux de polyphagie (Dennis 1998, Baines et al. 1994, Morris 1967). Pour l'abondance, (P2.2) ils devraient tous suivre la courbe de la diversité végétale (P2.3) à l'exception des Auchenorrhyncha qui ne devraient pas être affectés par cette variable (Morris 1973). (P2.4) Les hémiptères devraient également être affectés en milieu forestier. (P2.5) Les besoins un peu différents des Vespidae devraient les rendre négativement dépendants de la densité de cerfs (Guiglia 1972). (H3) La diminution de l'abondance des plantes à fleurs et l'effet négatif de la présence du cerf sur d'autres besoins (proies pour les larves, besoin de nidification) (Carvell 2002, Vockeroth 1992) affectent les pollinisateurs (Ghazoul 2006, Vázquez et Simberloff 2004). (P3.1) On devrait donc les retrouver en plus grand nombre à densité moyenne de cerfs (7,5 cerfs/km²). Une quatrième hypothèse à tester est (H4) que le nombre de visites de pollinisateurs sur une espèce de fleur donnée est proportionnel à la fréquence de cette fleur par rapport aux autres espèces (Ghazoul 2006). Finalement, (H5) les phytophiles retrouvés sur un individu d'une espèce de plante donnée devraient être plus nombreux et diversifiés là où la plante est la plus abondante (Lawton 1977) et où la densité de cerf est la plus faible pour les plantes affectées par le broutement (Shimazaki et Miyashita 2001).

Résumé

L'étude vise à comparer les impacts de la densité de cerfs sur les populations d'insectes. Ces impacts sont reliés à la pression de broutement sur la végétation et sont vérifiés en regardant l'abondance et la diversité spécifique de quatre guildes d'insectes : les phytophages (Macrolepidoptera et Hemiptera), les prédateurs phytophiles (Cantharidae), les pollinisateurs (Apoidea et Syrphidae) et les épigéaux (Carabidae).

Détails

Types d'études
Traitements
Année d'établissement2007
Mesures
Année de mesures2007; 2008
Régions administratives Côte-Nord
Mots clésInsectes, Cerf de Virginie, Biodiversité, Sapin baumier

Contacts

Contact principal

  • Brousseau, Pierre-Marc
    Organisation :
    Téléphone :
    Courriel :

Collaborateurs

  • Hébert, Christian
  • Cloutier, Conrad

Publications

Liste de publications

Dispositifs