CERFO >  Atlas des projets de recherche en foresterie

Atlas des projets de recherche en foresterie BETA

Site #609

Le site fait partie du projet

Impact de la proportion de récupération des brûlis au niveau du paysage sur les coléoptères saproxyliques

Description

Le dispositif d'échantillonnage a été installé en 2006, soit un an après le passage du feu, et comprend 50 sites répartis également entre des peuplements d'épinette noire et de pin gris. Quarante de ces sites ont été installés dans les peuplements (îlots) résiduels des brûlis récupérés de façon à couvrir la gamme des différents niveaux de récupération dans le paysage pour les deux essences principales. Les pièges n'ont pas été installés directement sur le parterre de coupe, car on cherche à savoir si les îlots résiduels possèdent les caractéristiques nécessaires au maintien des communautés de coléoptères associées aux brûlis. Le niveau de récupération a été déterminé pour chacun des sites par des estimations visuelles sur le terrain du pourcentage de superficie récupéré dans le paysage. Ces sites ont été établis pour répondre à l'objectif 1. Les dix autres sites ont été établis dans des peuplements non brûlés (5 EPN et 5 PIG) où des bouquets de 11 arbres ont été annelés (une bande circonférentielle de quelques centimètres a été arrachée au DHP) au début de juin 2006. Globalement, le dispositif compte cinq sites par traitement et par essence, distancés d'au moins 500 m les uns des autres. Pour chacune des 50 sites, un piège à impact multidirectionnel a été installé au coeur du site afin d'optimiser la capture des coléoptères saproxyliques et pyrophiles. Le piège à impact multidirectionnel est une méthode d'échantillonnage standardisée, basée sur l'activité des insectes volants comme les coléoptères colonisant les brûlis. Il est considéré comme efficace pour la capture des coléoptères, particulièrement pour des espèces saproxyliques (Saint-Germain et al. 2004; Okland et al. 1996). Le piège à impact multidirectionnel est constitué de quatre panneaux de 15 x 40 cm (deux faits de Plexiglas® et deux faits de moustiquaire) montés en croix sur un tuyau ABS noir de 10 cm de diamètre, où un entonnoir est disposé à chaque extrémité menant à des pots récolteurs (Saint-Germain et al. 2004). Les pots récolteurs contenaient une solution de préservation d'éthanol à 40 % et de 5 % de vinaigre blanc. Les pièges ont été visités et les échantillons récoltés à toutes les deux semaines entre le 6 juin et le 29 octobre 2006 et entre le 4 juin et le 28 août 2007. Une fois les pièges récoltés, les échantillons ont été placés dans une solution à 70 % d'alcool jusqu'au tri et à l'identification. Ce dispositif est demeuré en opération durant les saisons de croissance de 2006 et de 2007 et il le sera pour une troisième saison à l'été 2008. Afin d'aborder l'hypothèse H2 de l'objectif 1, des sites de chaque essence seront choisis parmi les brûlis ayant eu lieu dans la région en 2007, dans des peuplements non commerciaux et non récupérés (total de 20 sites). Dans ces sites, une surface terrière préétablie (à déterminer) sera abattue afin d'y récolter des bûches de 50 cm qui seront ensuite mises en élevage (nombre de bûches par tige abattue à déterminer) afin de comparer l'abondance et la diversité des espèces saproxyliques dans ces deux types de peuplement. La récolte d'une surface terrière plutôt que d'un nombre de tiges défini est préconisée afin de mettre en élevage un volume de bois comparable par site. Le système de mise en élevage de ces bûches consistera en une moustiquaire entourant la bûche (section de tronc de 50 cm) fixée à une planche de contreplaqué qui, à son tour, est vissée sous une tablette dans un bâtiment non chauffé à l'abri des intempéries. Au bas de la moustiquaire entourant la bûche, un entonnoir est fixé afin de diriger les insectes qui émergent de la bûche vers un pot collecteur contenant de l'éthylène glycol pour tuer et conserver les insectes (Boulanger et Sirois 2007). Les extrémités de chaque bûche seront préalablement scellées avec de la paraffine afin de ralentir la dessiccation du bois pouvant nuire au développement des insectes. Ce dispositif permettra de déterminer si les forêts non commerciales brûlées hébergent des communautés de coléoptères comparables à celles des forêts commerciales brûlées, habituellement récupérées en priorité. Dans les sites où des bouquets de 11 arbres ont été annelés, un arbre par site (10 arbres, 5 EPN et 5 PIG) choisi de façon aléatoire devrait être abattu et duquel des sections de tronc de 50 cm (environ quatre bûches provenant des deux tiers inférieurs de la tige) seront mises en élevage. Cela permettra d'identifier les espèces qui utilisent vraiment les arbres de ces sites. Le dispositif de mise en élevage de ces bûches sera le même que celui décrit ci-haut. Au moins 10 autres sites devraient être établis dans des zones de perturbations récentes en forêt non brûlée (objectif 2, H4). Ces sites devraient être installés dans des chablis récents ou en bordure d'opérations forestières récentes, où on trouve des arbres chablis, blessés ou fortement stressés, dépendamment de la disponibilité de ces sites sur le territoire. Cinq sites devraient être installés dans des peuplements d'EPN et cinq autres dans des peuplements de PIG ayant subi des perturbations récentes en forêt non brûlée. Dans chacun de ces sites, un piège à impact multidirectionnel sera installé en suivant la méthodologie expliquée plutôt et en prenant soin de maintenir une distance de 500 m entre les sites.

Pour chaque site où un piège a été ou sera installé, un inventaire de végétation sera effectué. Une placette échantillon sera donc établie autour du point central de chaque site, soit le piège à impact multidirectionnel, dans le but de caractériser l'environnement dans lequel les insectes sont capturés. Les caractéristiques des placettes échantillons ont été déterminées en se basant sur les Normes d'inventaire forestier (MRNQ 2002). Ces placettes échantillons consistent en une grande placette de 11,28 m de rayon (400 m²), d'une sous-placette de 3,57 m de rayon (40 m²) et de quatre microplacettes de 1,13 m de rayon (4 m²) placées aux quatre points cardinaux de la grande placette. Dans la placette de 11,28 m, toutes les tiges de dimension commerciale seront dénombrées par essence (pour toutes les essences) et leur DHP sera mesuré au demi-centimètre près (plus petite mesure sur un pied à coulisse); leur intensité de brûlage (pour les peuplements brûlés) et leur stade de décomposition seront également notés. De plus, on déterminera pour les sites brûlés la quantité d'arbres morts avant le passage du feu. Dans la sous-placette de 3,57 m de rayon, le DHP, l'essence et la vigueur seront inventoriés sur les gaules seulement, c'est-à-dire sur les tiges ayant un DHP non commercial (plus grand que 0 cm et inférieur ou égal à 9 cm). Dans les microplacettes (1,13 m de rayon), ce seront les couverts arbustifs et herbacés qui seront inventoriés ainsi que la régénération. Donc, tout ce qui ne possède pas de DHP dans ces placettes sera identifié et un pourcentage de recouvrement par espèce sera attribué. Ces informations permettront de connaître ce qui est disponible dans le milieu, principalement pour les stades adultes des saproxyliques, dont plusieurs nécessitent le pollen et le nectar des fleurs pour leur nourriture et pour la maturation de leurs oeufs (Speight 1989). Quant aux caractéristiques du sol, comme le dépôt de surface et le drainage, elles seront évaluées à partir des cartes écoforestières. L'inventaire des débris ligneux sera fait en mesurant le diamètre de tous les débris ligneux trouvés au sol le long de deux transects d'une longueur 22,56 m, pour un total de 45,12 m, en passant par le centre de la placette échantillon dans les directions nord-sud et est-ouest.

Détails

Numéro ou nom de bloc ou plantationColéoptères saproxyliques
Ville avoisinanteChibougamau
Latitude-74.38
Longitude49.9
NAD (27 ou 83)
Type de projectionGÉOGRAPHIQUE
Altitude (m)
Superficie (ha)
Année d'enregistrement GPS
Statut actuel du dispositifAbandonné
Type de placette
Intégrité des placettes
Détails sur ce dispositif